shiatsu
amma assis
réfléxologie
kobido

Shiatsu

Qu’est-ce que le shiatsu ?

Shiatsu est un mot japonais qui signifie littéralement « pression digitale ».

Il vient de shi qui veut dire « doigt » et atsu « pression ».

L’acupuncture sans les aiguilles ; l’ acupression, une technique puissante et efficace.


Le shiatsu est une discipline japonaise issue de la médecine traditionnelle chinoise.
Le shiatsu est une très ancienne pratique de soins qui utilise les pressions, et les étirements sur certains points (les méridiens utilisés en acupuncture) pour détendre, tonifier le corps et faciliter la libre circulation de l’énergie.

Ni massage, ni médecine au sens occidental du terme, le shiatsu est une méthode de relaxation et de bien-être s’inscrivant dans le domaine de la prévention de santé.

Un peu d’histoire

Le shiatsu actuel fut créé au Japon au début du XX° siècle.
Cette nouvelle forme de thérapie manuelle intégrait les anciennes manœuvres du « Anma » (ancêtre du amma) associées à d’autres pratiques issues de la médecine manuelle moderne.

Cette discipline fut reconnue officiellement par le ministère de la santé japonais en 1955, et le gouvernement japonais en 1964 sous le simple terme de « shiatsu ».
Le parlement Européen le reconnaît également comme « médecine non conventionnelle digne d’intérêt » (mai 1997).


En réalité les véritables origines du Shiatsu remontent à plusieurs milliers d’années.
Il faut les rechercher dans la médecine chinoise et l’acupuncture.
En chine on retrouve les soins à base d’acrupression et d’exercices corporels ou respiratoires, on appelait ces pratiques le « tao yin », l’art de guider les énergies subtiles dans le corps, le massage chinois comme le shiatsu en sont les héritiers directs.

Comment se déroule une séance ?

Le praticien en shiatsu effectue des pressions avec les doigts, plus particulièrement avec les pouces. Ces pressions s’effectuent le long des méridiens d’acupuncture, les étirements favorisent une meilleure circulation de l’énergie.

Le shiatsu se pratique généralement allongé sur un futon, ou une table.
La personne est habillée de vêtements souples et légers, afin de permettre au praticien d’entrer directement en contact avec l’énergie sans toucher la peau.
Les pressions des doigts sur les points d’acupuncture ou d’acupression sont dirigées vers les couches profondes, ce qui permet de libérer plus efficacement les blocages énergétiques ou tendino-musculaires.
La technique du shiatsu suit un enchaînement rigoureux au cours duquel le praticien peut être amené à effectuer des pressions sur plus de 800 points d’acupuncture.
Les mouvements peuvent paraître assez simples vus de l’extérieur, ils agissent pourtant en profondeur sur l’énergie vitale.

A qui s’adresse le shiatsu ?

Le shiatsu est bénéfique pour tous.
On évitera cependant de le proposer aux femmes enceintes (moins de 3 mois) ou aux personnes souffrant de maladies infectieuses, d’hypertension artérielle, phlébites, fractures récentes, cicatrices post-opératoires, en cas de fièvre, de fébrilité, sur un estomac vide ou au contraire trop plein, l’absorption d’alcool est également contre-indiquée.

A quoi sert-il ?

Il permet d’évacuer le stress, si fréquent dans nos sociétés occidentales, d’apaiser le mental et de retrouver un profond état de bien-être.
Le shiatsu soulage des tensions, améliore la circulation sanguine, facilite la respiration. Il favorise un retour à l’équilibre énergétique du corps redonnant ainsi forme et tonus. Il stimule le système immunitaire.

Le shiatsu aide à maintenir la santé globale et encourager les personnes à être plus à l’écoute de leur corps. Avec cette conscience accrue, il devient plus facile de voir ce qui est sain et ce qui est destructeur.
Le corps a une grande capacité à s’auto-guérir, beaucoup plus que nous le pensons, mais parfois il a besoin d’aide pour lever les obstacles sur le chemin de la guérison.

Il est particulièrement utile contre :

- l’arthrite,
- les maux de dos,
- les problèmes émotionnels,
- les maux de tête,
- l’insomnie,
- les tensions musculaires,
- les problèmes dus au stress,
- les sinusites,
- les difficultés respiratoires (asthme, bronchites, infections respiratoires)
- les désordres intestinaux


Contre-indications

- Femmes enceintes (moins de 3 mois)
- Fièvre,
- Faiblesse physique,
- Plaie, entorse, fractures,
- Ulcères, inflammations organe interne,
- Sur un estomac vide ou trop rempli,
- Après avoir absorbé de l’alcool